Newsletter of Phenomenology

Keeping phenomenologists informed since May 2002

166717

(2015) Methodos 15.

Vivre et écrire 

le cas spécifique du récit de deuil chez Simone de Beauvoir et Peter Handke

Rozenn Le Berre

L’enjeu de cet article est de s’intéresser à la question de la transformation de soi que l’expérience de deuil engage, et ce, à partir de l’initiative littéraire. À partir de l’étonnement que produisent certains récits de deuil – Une mort très douce de Simone de Beauvoirou Le malheur indifférent de Peter Handke notamment –, nous interrogerons le besoin d’écrire comme initiative tendant à approcher l’expérience du deuil, à la comprendre. Sous cet angle, l’écriture de deuil, singulière, tout à fait spécifique, s’envisage sous le registre de l’action, possédant ses modalités, ses dynamiques propres et entraînant ses effets biographiques : quelles sont les ressources propres à la littérature permettant de rendre compte de la dynamique à l’œuvre dans l’entreprise de « reconstruction » du sujet ? Mais sous l’angle de l’action, nous montrerons également que l’écriture du deuil répond à une forme d’engagement public et d’interpellation dont les enjeux normatifs sont larges. Loin de considérer la démarche d’écriture de deuil comme réservée à la sphère intime, nous tenterons de montrer en quoi l’expérience du deuil, par la médiation de l’écriture, est d’emblée collective, publique, voire politique.

Publication details

DOI: 10.4000/methodos.4282

Full citation:

Le Berre, R. (2015). Vivre et écrire : le cas spécifique du récit de deuil chez Simone de Beauvoir et Peter Handke. Methodos 15, pp. n/a.

This document is available at an external location. Please follow the link below. Hold the CTRL button to open the link in a new window.